Bye bye Brazil

Nous quittons le Brésil pour Córdoba en Argentine. Ce n'est qu'un au revoir car nous y reviendrons par l'Amazonie dans 4 mois.

Ces 2 semaines au Brésil nous ont fait réaliser que c'est un pays très développé (8ème économie mondiale selon le lonely planet), quasiment au même niveau que l'Europe sauf en ce qui concerne les inégalités sociales (il reste encore beaucoup à faire sur ce point, le fossé est frappant entre les favélas et les quartiers riches). Il ne connait pas la crise, un Brésilien de São Paulo nous a dit qu'en général dans l'informatique, il trouvait un travail en moins de 2 semaines. On a mieux compris pourquoi il ne se préoccupait pas de postuler pour l'instant et profitait de son chômage pour voyager…

La vie est presque aussi chère qu'en France : un menu Bob's burger vaut 16 reals (6 €), une bière de 600 mL vaut 9 reals (3,40 €) dans un bar à la mode, après avoir payé 20 reals d'entrée (7,40 €). Mais la nourriture est avant tout …nourrissante. Les influences portugaises font qu'en général une assiette comporte 2 types de féculents, pas de crudités, et de la viande (ils ne mangent pas beaucoup de poisson ici).

Nous avons visité 2 grandes villes : Rio et São Paulo. J'ai préféré la première, plus vivante, plus jolie et plus dépaysante. Il y a toujours du monde dans les rues, à toute heure. La plage y est une institution, les gens se baladent avec un maillot de bain, font du vélo ou de la marche rapide sur le front de mer ou dans les parcs en maillot, et chaque plage à un type différent d'habitués (familles, bobos, m'as-tu-vus…). Sans oublier le feu d'artifice du nouvel an !

Thomas a préféré São Paulo : moins de bordel, plus organisée, avec un bon réseau de métro, des rues perpendiculaires, de grands buildings. Et notre auberge de jeunesse était dans un quartier bobo-artiste-hype : au croisement entre le 16ème, Montmartre et les grands boulevards pour les parisiens. Très agréable !

Mais peu importe l'endroit du Brésil où l'on se trouve, quelque chose ne change pas : l'amabilité des gens. Toujours prêts à aider, expliquer, tenter de nous comprendre même lorsque l'on ne parle pas portugais, s'offusquer à notre place. Ça nous a frappé durant ces 2 semaines, pas un jour ne s'est passé sans que quelqu'un nous aide de bon cœur !

En résumé, un pays agréable dans lequel on est contents de retourner à la fin de notre voyage !

Sandwich à la mortadelle
Sandwich à la mortadelle

Le monde sur la promenade à Rio
Le monde sur la promenade à Rio

Nous à Paraty
Nous à Paraty



comments powered by Disqus